06/12/2007

La légende de Saint-Nicolas

Hier matin, au petit-déjeuner, j'essayais de me souvenir de la légende de Saint-Nicolas dont mon grand-père m'avait parlé quand j'étais plus jeune. Plus moyen de me rappeler de l'histoire entière : je savais juste qu'il y était question d'un boucher et de trois petits enfants... et comme ça m'avait traumatisée, probablement d'une histoire un peu gore ! Homme Ciboulette, lui, n'en avait jamais entendu parler et était donc incapable de m'aider !

Heureusement, grâce à la magie d'Internet, j'ai retrouvé cette légende. Saint Nicolas aurait en fait ressuscité trois petits enfants qui étaient venus, sept ans plus tôt, demander l'hospitalité à un boucher. Le boucher les aurait alors accueilli et aurait profité de leur sommeil pour les découper en morceaux et les mettre au saloir. Sept ans plus tard, Saint Nicolas passant par là aurait demandé au boucher de lui servir ce petit salé vieux de sept ans. Terrorisé, le boucher aurait pris la fuite et Saint Nicolas aurait fait revenir les enfants à la vie. Voilà les paroles, pour le fun (ne racontez pas cette légende à vos enfants si vous en avez : je suis le témoin vivant que ça laisse des traces).
 

La légende de Saint Nicolas


Refrain :
Ils étaient trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs

Tant sont allés, tant sont venus
Que vers le soir se sont perdus.
S'en sont allés chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu nous loger ?

Entrez, entrez, petits enfants,
Y'a de la place assurément.

Ils n'étaient pas sitot entrés
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en p'tits morceaux
Mis au saloir comme pourceaux.

Saint Nicolas au bout d'sept ans
Vint à passer dedans ce champ,
Alla frapper chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu me loger ?

Entrez, entrez, Saint Nicolas,
Y'a de la place, il n'en manque pas.
Il n'était pas sitôt entré qu'il a demandé à souper.

Voulez-vous un morceau de jambon ?
Je n'en veux pas il n'est pas bon.
Voulez-vous un morceau de veau ?
Je n'en veux pas il n'est pas beau.

Du p'tit salé, je veux avoir
Qu'il y a sept ans qu'est dans l'saloir.
Quand le boucher entendit ça,
Hors de la porte il s'enfuya.

Boucher, boucher ne t'enfuies pas,
Repends toi, Dieu te pardonnera.
Saint Nicolas alla s'asseoir
Dessus le bord de son saloir.

Petits enfants qui dormez là,
Je suis le grand Saint Nicolas.
Et le Saint étendit trois doigts,
Les petits se levèrent tous trois.

Le premier dit : "J'ai bien dormi."
Le second dit : "Et moi aussi."
Et le troisième répondit
"Je me croyais au Paradis."

08:38 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

J'ai peur. J'ai acheté de la chipolata pour legamin ce midi.

Écrit par : biglodion | 06/12/2007

Un petit coucou du jardin pour te souhaiter une belle journée de Saint Nicolas
Bisous

Écrit par : nanny | 06/12/2007

Oh, que ca me semble loin tout ça! Quand je me souviens de l'excitation quand j'étais gosse, des grands yeux devant les cadeaux de Saint Nicolas, et de la trouille de Père Fouettard :-)

Écrit par : Cél | 07/12/2007

Bonjour,
mon travail de fin d'études en psychologie clinique porte sur les bloggeurs qui possédent un journal perso.
Souhaiterais-tu y participer ?
Je te laisse mon email : soofi816@gmail.com.
Bien à toi,
Sophie.

Écrit par : sophie | 10/12/2007

Les commentaires sont fermés.