28/04/2008

Aurtoritaire, moi ?

Hier soir, au moment d'aller dormir, je me rends compte que j'ai soif et qu'un bon verre d'eau bien fraîche serait le bienvenu. Seulement voilà, j'ai la flemme : je suis au premier étage, mon verre d'eau est au rez-de-chaussée et l'eau en bouteille est à la cave. Pas envie de descendre et de remonter toutes ces marches... Homme Ciboulette monte à son tour. 

**IDEE lumineuse**

Je lui fais mon plus beau sourire, je prends ma voix la plus douce et je l'enlace tendrement :

  • Dis, t'as pas envie d'aller me chercher un verre d'eau ?
  • Oooh, j'viens de monter, j'ai pas trop envie de redescendre, et en plus faut aller chercher une bouteille d'eau à la cave.
  • Oui, mais j'ai vraiment soif, s'il te plaîîîîîît (battements de cils pour tenter de le convaincre)
  • Non, je suis fatigué !
  • Tu sais, au début de notre relation, tu y aurais été en courant, me chercher de l'eau à la cave (en général, c'est une phrase qui marche bien, héhé).
  • Oui, mais aujourd'hui, comme je sais que tu m'aimes, je ne me sens plus obligé de faire tout ce que tu me demandes pour gagner ton coeur (il sourit, il est satisfait de sa petite réplique)
  • ... (ah, il est beau le romantisme). Bon, c'est bon, j'vais aller le chercher moi-même mon verre d'eau (au moins, j'aurais essayé). Pfff, ça sert à rien un homme, tout compte fait, (je marmonne en descendant les escaliers) si ça ne sait même pas aller vous chercher un verre d'eau juste pour vous faire plaisir.

J'entends qu'il se marre, et du coup je souris aussi. Ah, les petits plaisirs de la vie de couple au quotidien...

 

08:52 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/04/2008

Bientôt, je serai riche !

Si, si ! Parce que figurez-vous que je me suis lancée hier midi dans la vente d'objets sur E-Bay (un livre de chick litt, cette littérature drôle et facile pour les filles). Et qu'un acheteur inconnu a déjà mis une enchère sur mon tout premier objet mis en vente (à 1,99€... hé oui, faut bien commencer quelque part). Je vous dis pas comme chuis fière, même à 1,99€ !

Pourtant, je dois avoir mis au moins cinq ou six mois avant d'oser franchir le pas. Jusqu'ici, je me contentais d'acheter deux trois choses par ci par là (dont les coffrets de Lost - aaargh, on vient de commencer la saison 3 et franchement, on est de plus de plus accrocs) et je me disais que c'était très bien comme ça. Puis, j'ai quand même eu envie d'essayer et j'ai réfléchi aux choses dont je n'ai plus vraiment besoin et qui prennent pourtant pas mal de place sur les étagères. Et comme mes bouquins, ils en prennent pas mal, que je ne les relis que très très rarement (je pense que ça ne m'arrive qu'avec les musts de Beigbeider ou les livres un peu plus psycho), que ce n'est pas trop cher et pas trop compliqué à mettre en vente et à envoyer par la poste, je me suis dit que c'était parfait pour me lancer dans ma première vente sur E-Bay. Et j'ai osé ! Wow, quelle aventurière je fais, dites-donc ! 

Si j'arrive à vendre dix livres à 1,99€, je pourrai même peut-être m'acheter un pull chez Achéhèm. Quand je vous disais que j'allais devenir riche...

09:07 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/04/2008

Marre des poils !

poilsA chaque printemps, c'est pareil : je maudis mes jambes poilues (oui, je sais, ce n'est pas une entrée en matière très glamour mais que celles qui n'ont jamais connu un soupçon de haine envers leur pilosité me jettent la première pierre) et je me demande pourquoi les poils ne disparaissent pas à tout jamais une fois qu'on les arrache. On n'est plus au temps des cavernes, où les êtres humains avaient besoin de ces poils pour avoir bien chaud. De nos jours, on a mieux : des pantalons ! Alors, pourquoi s'acharnent-ils à repousser envers et contre tout ?

Dès que nos gambettes peuvent enfin espérer se dénuder sous de jolies jupes ou pantalons trois quarts, la chasse aux poils recommence. En hiver, j'espace un peu mes épilations (quoi, berk? Vous pas peut-être ?) parce que personne à part chéri ne les voit, mes jambes ! Mais dès que les beaux jours reviennent, pas le choix, faut revenir à plus de discipline et se plier à cette corvée. Oui, pour moi, c'est une corvée parce que le rasoir manuel vite fait sous la douche me fait les jambes toutes rouges, le rasoir électrique ne les rend pas toutes douces et l'épilateur me file des poils incarnés et donc, des boutons.

Alors, si vous avez de bons conseils pour éliminer le mieux possible ces vilains poils et éviter l'effet paillasson, s'il vous plaît, donnez-les moi !!!

13:39 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

22/04/2008

Aaah, le soleil !

C'est fou le bonheur que peuvent me procurer les rayons du soleil. Dès qu'il repointe le bout de son nez et qu'en plus, il s'accompagne d'un petit brin de chaleur, je me sens toute guillerette. Et hop j'oublie la fatigue, le boulot, les hurlements de mes collègues, la vaisselle à nettoyer, le linge à repasser, etc. etc.

Qui a dit qu'une femme, c'était difficile à contenter ?

18:00 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/04/2008

En 24 heures...

Ma vie est trépidante, passionnante, pleine de rebondissements et de grandes expériences (soupir chargé d'ironie). Depuis mon post d'hier, 

  • j'ai râlé en voyant que le Flair avait encore pris comme mannequin "Jill-la-Belge-de-la-Star-Ac-j'sais-plus-combien". J'l'aime pas.
  • on a appris de nouveaux pas pendant notre cours de rock (et on a même réussi à les enchaîner : victoire du jour !)
  • j'ai goûté la pâte à tartiner au speculoos mais bon j'suis un peu déçue parce que je la trouve trop crémeuse à mon goût.
  • j'ai gardé ma filleule une demi-journée mais je n'ai pas su assez en profiter puisqu'elle a dormi pendant près de trois heures.
  • j'ai regardé un vieil épisode de "Sous le Soleil" pendant qu'elle dormait : rendez-nous ces acteurs et ces scénarios-là !!!
  • j'ai un beau balayage dans les cheveux (examen de ma soeurette). Il est mi-blond mi-ice tea (nom professionnel pour caramel, je dirais).
  • j'ai entamé un nouveau pot de crème de jour avec "actifs légèrement autobronzants qui donnent bonne mine" intégrés.
  • j'ai dîné en deux fois : une tartine vers 11h45, l'autre à plus de 16h. C'est bizarre mais bon, j'avais faim.
  • j'ai acheté "La Zen attitude des Paresseuses". Je suis trop stressée, des fois (et j'avais surtout envie d'acheter un livre de cette collection).

C'est fou ce qu'on peut écrire comme choses inintéressantes, parfois, sur un blog.

17:46 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/04/2008

Un surfer dans mes toilettes

1-bref-fresh-surferEn allant faire quelques petites courses, l'autre jour, j'ai découvert au rayon des produits d'entretien ce joli bloc WC dessiné par "Alessi" (mais très abordable puisqu'il m'a coûté moins de 3€ - bon, en même temps, c'est jamais que pour mettre dans la cuvette des WC). D'après les explications sur l'emballage, j'apprends que le surfeur libère un agent nettoyant tandis que la voile diffuse un léger parfum de pamplemousse. C'est mignon, ça sent bon et c'est pas cher : adopté !

Je fais depuis que j'ai mon chez-moi une obsession sur la propreté de mes toilettes. Je pense que ça vient d'une de mes amies de l'université qui avait une couche brunâtre dégueu dans le fond de sa cuvette, et je me souviens que le simple fait de poser mes fesses sur ses toilettes me dégoûtait profondément. Je ne vous parle même pas (vous avez connu ça aussi) des planches sur lesquelles quelques gouttes ont été oubliées (brrr) ou sur lesquelles on retrouve l'un ou l'autre poil, des papiers qui stagnent à la surface ou des chasses qui n'ont pas été tirées : je déteste tout ça !

Je veille donc à nettoyer à fond chaque semaine mes toilettes (oui, j'en ai deux : une au rez-de-chaussée, une à l'étage, le luxe, hein?). Et j'aime bien qu'elles sentent bon, même quand on n'a pas d'invités, juste pour nous. Et comme je ne suis pas fan des désodorisants en bombe (parce qu'après, tout le monde sent qu'on a été aux toilettes), j'opte pour des blocs à placer dans la cuvette. Et avec ce petit surfer, elles sont presque devenues "design", mes cuvettes. Homme Ciboulette, lui, est resté insensible au charme du petit bonhomme, puisqu'il a juste dit en sortant des toilettes : "baaah, ça pue le citron, ici". C'est pas du citron, c'est du pamplemousse. Ignorant, va... :)

09:05 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/04/2008

Maybe baby.

article_piluleJ'ai hésité longuement à aborder ce sujet ici parce que je me demande toujours si des gens que je connais passent parfois par ici. Mais quand j'ai commencé à écrire, les phrases se sont enchaînées. Alors je le publie, même si ce n'est que pour quelques heures...

Ca fait quelques mois qu'Homme Ciboulette et moi, on se surprend à parler bébé autrement que sur le ton de rigolade. Les "quand on aura un bébé" ont petit à petit remplacé les "on ne se sent pas encore prêts", et on est tous les deux sûrs et certains d'avoir envie de se lancer dans cette belle aventure. Pour pouvoir tenir dans nos bras, un jour, un petit être qui nous ressemble. Et ces dernières semaines, on discute beaucoup pour savoir à quel moment on va mettre cette envie en pratique (si je puis dire...).

Jusque là, le fait de parler bébé restait assez flou puisque pour des raisons médicales, la conception d'un enfant n'était pas possible naturellement. Je n'en ai jamais parlé ici mais trois semaines après notre premier baiser, Homme Ciboulette a contracté la maladie d'Hodgkin (un cancer des glandes lymphatiques) et a donc dû subir pendant près de six mois de longues séances de chimio puis de radiothérapie pour en venir à bout. Ca fait maintenant un peu plus de deux ans qu'il a terminé le traitement et mercredi, il a officiellement été déclaré guéri (pendant ces deux ans, il y avait toujours une possibilité de rechute) après avoir passé tous les examens nécessaires. Un vrai bonheur, une belle victoire... et la possibilité de faire d'autres projets de manière un peu plus concrète.

Alors, on en parle de manière un peu plus concrète aussi. Parce qu'on sait que c'est une décision qui ne se prend pas à la légère. Parce qu'il faut qu'on se sente prêts tous les deux. Parce que c'est un engagement pour la vie. Jeudi soir, Homme Ciboulette n'a même pas allumé la télé, "parce qu'il avait envie qu'on en parle tous les deux, calmement et posément" (lui qui changeait systématiquement de sujet jusqu'ici par un habile "bah, c'est pas pour tout de suite, de toutes façons", il m'a étonné). Alors, on en a parlé sérieusement. Là, on y pense chacun de notre côté pendant quelques jours puis on se décidera ensemble sur le "meilleur" moment.

Mais difficile de savoir ce qu'est le "meilleur" moment. Est-ce qu'on peut être sûrs à 100% qu'on est prêts ? Qu'on aura pas de mal à se lever plusieurs fois par nuits, qu'on ne sera pas stressés quand on ne saura pas pourquoi il pleure, qu'on ne s'énervera pas l'un l'autre quand on sera un peu plus fatigués, qu'on trouvera facilement nos marques après une naissance, qu'on sera de bons parents ? J'ai aussi pu me rendre compte, quand on en parlait jeudi soir, que si moi j'étais plus préoccupée par la grossesse ou l'accouchement (argh), lui l'était plus pour la période qui suit la naissance. Encore une différence entre hommes et femmes... Même si j'essaie de ne pas me poser trop de questions, il y en a une qui me taraude : "Est-ce que le bon moment est juste celui où on se sent prêts" ?  

09:08 Écrit par Ciboulette dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |